الجمعة, 06 أوت 2021 17:43

De Mekhloufi à Fethi Nourine مميز

كتب بواسطة : LALIBI Brahim

Reportés en raison de la pandémie de coronavirus ,les jeux olympiques de Tokyo ont eu lieu cette année ,du 23 juillet au 8 août 2021. .

Une date d'ouverture qui n'avait pas été choisie au hasard, elle coïncide avec celle du même jour de l'année 1894, quand les troupes japonaises avaient investi le palais royal de Séoul en Corée. un anniversaire hautement symbolique.
Un peu plus tard, entre l’Asie et l’Afrique, la même date le 23 juillet 1952, un groupe d'officiers prend le pouvoir, renverse le roi Farouk et proclame la république en Egypte.


Si depuis cet anniversaire, la Corée et le japon s'étaient jurés, avec peine et volonté, de partir à la rencontre de l'histoire, ils sont devenus des puissances et se sont retrouvés sur les marches du podium de la modernité. Il n'en est pas de même pour la malheureuse Egypte, cette ombre d'elle-même qui compte, encore ses plaies, et qui a fait un pas en arrière en remplaçant le roi Farouk et en intronisant Sissi. Décidément comme les pyramides, l'esprit pharaon habite, encore, les berges du Nil.


Les deux anniversaires, asiatique et africain, ne sont pas identiques, ils n'auront pas la même portée, ni la même incidence, ni la même signification.


La date de clôture des jeux , aussi, n'a pas été choisie délibérément, elle coïncide avec cette date fatidique d'un japon rasé,ravagé, dévasté par la bombe atomique sur Hiroshima le 6 août et sur Nagasaki le 9 août .Une date, aujourd'hui, qui nous indique que le pays du soleil levant, après labeur, contrainte et effort, vient de renaître de ses cendres et a su retrouver le chemin des cerisiers fleurissants " les Sakuras " qui donne lieu au festival " Hanami " et du haut du mont mythique Fuji, il éclaire le monde par sa science, sa sagesse et son humilité. Je ferme cette parenthèse et cette page d'histoire après cette lecture très brève et très personnelle des deux dates.

De tout temps l'histoire des hommes et des peuples a été construite d'engagements, d'attitudes, d'implications et de volonté malgré les épreuves et la souffrance face à la cruelle adversité. Ceux qui figurent dans le riche palmarès de l'histoire sont ceux qui avaient joint leurs valeurs humaines à leur dévouement, leur participation comme caution à leurs obligations, leur attachement au sens moral comme titre de leur existence. Ils ont mis de l'ardeur, du cœur, de la fidélité à leurs principes comme signe de leur loyauté et de leur dévotion. Par leurs actes, leur détermination à défendre les idéaux de justice,ils se sont, toujours , proclamés du côté des déshérités et des opprimés.

En février 1965, l'aviation américaine commence ses raids massifs au-dessus du 17eme parallèle au Vietnam. face à cette agression, on retrouve Joan Baez,cette soprana, reine du folk,cette " dame des pauvres gens ", elle défile à la tête de 25000 personnes en fustigeant l'impérialisme américain.Le mot d'ordre était " We won't go" "nous n'irons pas au Vietnam".

Malgré les sévères condamnations à la prison, les insoumis et les déserteurs braveront les sanctions en joignant l'acte à leur détermination.Ils qualifient la guerre du Vietnam de raciste et rejoignent le mouvement des Blacks Panthers.Le champion du monde Mohamed Ali déclare dans une phrase rendue célèbre: "Aucun Vietnamien ne m'a jamais traité de negre".La formule sera reprise en chœur par tous les militants des causes justes dans le monde.L'histoire, finalement, s'est inclinée et lui a donné raison. Elle retiendra surtout, en plus de ces trophées dans l'art noble, son engagement, son universalisme, sa fidélité et son inlassable combat pour les illustres et prestigieux idéaux de justice et de liberté.

A Paris, pendant la révolution algérienne,le 5 septembre 1960 s'ouvrait devant un tribunal militaire le procès du réseau Jeanson , le même jour est publié un appel d'hommes libres composé de 121 intellectuels français pour le droit à l'insoumission. Ils déclarent que : " La cause du peuple algerien, qui contribue de façon décisive à ruiner le système colonial, est la cause des hommes libres ".
Simone de Beauvoir, André Mandouze, François Maspero, Simone Signoret.. leur courage à affronter " l'establissment "....


Sartres et Fanon deviendront le phare de la lutte dans le tiers monde. Quelle bravoure et quel caractère ce Sartres ! qui criait , place de la concorde : "Vive le FLN ! l'homme est condamné à être libre" .
Quel beau et mémorable souvenir, aussi, du mathématicien Maurice Audin qui s'est sacrifié pour la cause du peuple algerien, alors qu'il était promu à un avenir des plus radieux.
Le courage de ces hommes, leur abnégation,leurs convictions et leur détermination les a inscrits dans ces comptes rendus de l'histoire, teintés de splendeur et de beauté, à l'inverse de la laideur des défaitistes et du déshonneur des capitulards. Ainsi, l'histoire encense et commémore les hommes qui ont été dignes, et méprise les impropres et les félons.

Aujourd'hui, de nombreuses personalités de dimension internationale affichent leur soutien au peuple palestinien face à la barbarie et le racisme sionistes.Elles se sont rangées , tout naturellement, du coté des opprimés, Edwy Plenel, Warschawski, Chomsky, et d'autres, Eric Cantona, Ronaldo, Susan Sarandon...


A l'instar de la majorité des intellectuels français, " les philosionistes " qui , sous le regard régi, réglementé et bienveillant du CRIF, prennent parti pour Israël, Dilem ( membre de cartooning for peace, une organisation contrôlée par le lobby juif ) et Sansal ont fait le pèlerinage à Tel Aviv et se sont recueillis au mur des lamentations en tournant le dos aux opprimés, et sous de fallacieux prétextes, prétendent que leur visite n'était nullement politique ou, plus grave, que le moyen-orient n'étant pas leur tasse de thé. La détresse humaine n'est-elle pas universelle ? comme disait Marx. Comme si la misère était devenue sélective et le désespoir géographique.


"Je suis allé à Jérusalem et j'en suis revenu riche et heureux" avait déclaré Sansal. Riche, certainement ! Heureux, quel cynisme et quelle effronterie ! Quand on sait que " la noblesse de l'écrivain est dans sa résistance à l'oppression " A. Camus. Il y a dans le monde quelque chose de plus bas que le bourreau: c'est son valet.


Si Sansal et Dilem avaient vécu la révolution algérienne, ils auraient, certainement,conseillé et chuchoté dans l'oreille désobéissante de Mekhloufi et de ses 32 vaillants camarades de: ne pas hypothéquer leur avenir et d'aller jouer la coupe du monde sous la bannière du tortionnaire au côté de Kopa, au lieu rejoindre ce pari " incertain et précaire " qu'était le FLN.
Fatalement,ils auraient oublié que l'histoire des hommes est faite, ordinairement, de résolution et de choix.


C'est dans cette trajectoire de lutte de Mohamed Ali, Warschawski, Plenel, Makhloufi que s'inscrit la position du judoka algerien Fethi Nourine, en refusant d'affronter le représentant d'un pays colonialiste et spoliateur. Et même s'il n'a pas pu réaliser son rêve légitime de tout sportif de haut niveau, comme Mekhloufi, Maouche,Soukhane..,il aura accompli sa noble mission en s'acquittant de son devoir d'homme sur cette terre et en pérennisant la flamme contre l'oppression, la domination et l'injustice.


Quant à la saoudienne humiliée, de sa soutane oubliée dans les vestiaires et de son hijab débarrassée pour la circonstance,elle s'est inclinée moralement et physiquement devant le représentant de l'entité sioniste. Sous son regard moqueur, il l'avait mise à terre, la queue entre les jambes, pour lui rappeler que les hommes et les femmes dignes doivent garder la tête haute.

Et tant qu'il y aura des hommes, comme Fethi Nourine, la flamme se maintiendra et suscitera des vocations pour les générations futures,mais rien n'est acquis à vie, il faut régulièrement maintenir la flamme de la persévérance et de la lutte allumée.

المزيد في هذه الفئة : « Hypocrisie et liberté à 2 vitesses
قراءة 217 مرات آخر تعديل في الجمعة, 06 أوت 2021 18:09