الأحد, 10 أكتوير 2021 19:04

L’œil de Caïn مميز

كتب بواسطة : Par: Lalibi Brahim

Les pogroms, l'extermination, le génocide, les massacres dont étaient victimes nos parents et grands parents durant la colonisation française n'a d'égal que la liquidation et l'extermination physique supportée et vécue par les indiens d'Amérique. De 1830 à 1865 , 2 millions d'Algériens ont été exterminés sur une population de 8 millions d'habitants.

Quant à La Turquie qu'on cherche d'une façon machiavélique et pernicieuse à lui endosser d'imaginaires et fictifs massacres , aucun historien sérieux, même les plus ultras d'entre-eux, n'a réussi à prouver, ou condamner, ou à leur imputer l'ombre d'un bain de sang durant leur présence. Ce discours de longue date est vieillot . C'est le même qui nous revient , aujourd'hui, par l'actuel locataire de l'Elysée. Il s'inscrit dans la continuité de la pensée coloniale que la France n'arrive pas à s'en défaire.Cette pensée fait partie de la culture française, elle en est même le substratum.

Çe discours et ces mots creux nous rappellent la première lettre adressée aux algériens le 5 juillet 1830, et comme pour cacher un mensonge, il fallait mentir mille fois , cette même lettre a été utilisée presqu'un siècle plus tard dans les accords de Sykes-Picot :"On n'est pas venu pour vous coloniser, on est tout juste là pour vous libérer de la domination Ottomane". Les peuples arabes, de tout temps idiots utiles, avaient cru, par sottise ou crédulité structurelle, à cette duperie. La suite en Algérie et en Syrie, on la connaît... ce fut un siècle de domination primitive, sanguinaire et de colonisation barbare.

Quant à Macron adepte du leurre et de la tromperie, en vérité , il n'est que le pur produit d'un système de domination et de prédation qu'on surnomme la françafrique. En reprenant les positions les plus éculées, les plus réactionnaires, il ne fait que renouer avec les vieux réflexes et les vieilles supercheries d'un colonialisme qui est toujours, odieusement et sans pudeur, présent dans les esprits .

Les attaques de cet adolescent - qui dormait dans un sommeil profond lorsque les sous-marins destinés à l'Australie avaient pris la poudre d'escampette, et quand il s'est réveillé, les coureurs américains et anglais prenaient déjà leur breakfast à Sydney - relèvent d'une mauvaise conscience d'une certaine classe politique française.

En réalité, il est plus facile de s'arranger avec sa mauvaise conscience qu'avec sa réputation de barbare. Le problème c'est que la France n'est pas encore arrivée à maturité pour reconnaître ses crimes. Elle a toujours attendu que la génération de novembre s'éteint "biologiquement" pour voir naître une autre, plus jeune, plus réceptive et plus clémente envers la métropole.

Une attitude qui ressemble étrangement à celle d'Israël qui mise sur " la disparition naturelle" des Palestiniens de "la nakba" , et ainsi le temps fera son effet. il adoucira les haines et effacera les rancœurs. et les jeunes, par amnésie auront oublié la cause de leurs aïeux.

Or, ni les jeunes algériens, ni les enfants de l'intifada n'ont oublié les crimes et les atrocités commises par l'usurpateur et le colonisateur contre leurs ancêtres. En réalité les hommes politiques français oublient, par imposture et fourberie, que la mémoire d'un peuple n'est ni biodégradable,ni périssable. Elle peut, parfois, être mise en veille mais elle ne disparaît jamais.

Les victimes Algériennes resteront comme l'œil de Caïn- et pour reprendre un poème de Victor Hugo ( non moins colonialiste lui aussi) : Ayant levé la tête, au fond des cieux funèbres, il vit un œil, tout grand ouvert dans les ténèbres, Et qui le regardait dans l'ombre fixement, "Je suis trop près" dit-il avec un tremblement L'œil a t il disparu dit en tremblant Tsilla? Et Caïn répondit : non, il est toujours là- Ces persécutés, ces martyrs sont le miroir qui renvoie la face haineuse et le passé abominable et ignoble de la France,laquelle en se contemplant verra,encore, qu'elle est, tristement, plus laide.

Les douleurs de ces victimes sont horriblement gênantes et leur cri, celui des opprimés, restera, pour l'éternité, insupportable. Plus que quelques jours nous séparent du massacre du 17 octobre 1961.

En imposant le couvre feu pour les algériens seulement, même la Seine s’était mise de la partie en prêtant aide aux criminels, en chargeant sa vase boueuse et profonde de cette sale besogne d' ensevelir les corps et de les engloutir à jamais pour étouffer leurs âmes qui avaient, déjà, rejoint les cieux, et que nulle trace ne rappellera aux Hommes la barbarie des " hommes ".

Chaque 17 octobre, ces corps jetés dans la seine, enfouis et enterrés-vivants, renaîtront et referont surface tels des fantômes, pour rappeler aux amnésiques et à ceux dont les vérités compromettantes dérangent, qu'ils sont toujours là, vivants. Ils sont cet œil de Caïn qui troublera pour l'éternité la conscience des français et celle de Macron.

عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

المزيد في هذه الفئة : « De Mekhloufi à Fethi Nourine
قراءة 113 مرات آخر تعديل في الأحد, 10 أكتوير 2021 19:21

المقالات ذات الصلة (بواسطة كلمات مفتاحية)