الأحد, 09 فيفري 2020 21:40

Plus jamais ça les camps de la honte مميز

كتب بواسطة :

10 février triste souvenir. les généraux putschistes décident de déporter des milliers d algériens dans des camps de concentration dans le grand sud..

Parmi eux des centaines de fils de chouhadas, des moudjahidines des élus du peuple.

Parqués dans des conditions inhumaines de nombreux y laisseront leur vie dans ces camps de la mort10 février 1992, plusieurs arrêtés sont signés par le ministre de l’Intérieur de l’époque, général Larbi Belkheir, permettant l’ouverture des centres de Reggane (wilaya d’Adrar / 3e région militaire), de Ain Salah (wilaya de Tamanrasset / 6e région militaire) et de Ouargla (4e région militaire).

En tout, 11 centres ont été installés, tous situés en plein désert. Prêt de  24 000 Sont internés des cadres et des responsables du FIS (Front islamique du salut) qui administrent à cette époque une majorité de communes et de wilayas, des militants ou des fidèles se rendant à la mosquée.

Raflés à leurs domiciles, lieux de travail ou dans la rue, ils ont été détenus au secret et maltraités avant d’être jetés dans des avions militaires et déportés dans le désert, sans n’avoir jamais été ni présentés devant un juge, ni condamnés.

 Aujourd’hui, des centaines d’ex-internés déclarent souffrir de pathologies liées au fait qu’ils étaient exposés lors de leur internement à des taux de radioactivité très élevés, conséquence des essais nucléaires effectués par les Français entre 1960 et 1967 sur ces sites.

قراءة 158 مرات آخر تعديل في الأحد, 09 فيفري 2020 21:49